in

10 titres Rap Français qui fêtent leurs 30 ans en 2021


Un petit milieu où tout le monde se connaissait et surtout se croisait régulièrement, voilà comment on pouvait décrire le monde du rap français au tout début des années 90. Après des années à la marge d’une industrie musicale qui n’avait pas encore saisi toute l’importance que prendrait ce style par la suite, le rap en France va enfin décoller et se démocratiser. Revendicateur à ses débuts, c’est un mouvement donc engagé qui va séduire toute une génération d’auditeurs finalement issues de milieux complètement différents.

En 1991, un certain nombre de pionniers de cette culture vont sortir leurs premiers projets avec des morceaux qui marqueront à jamais leurs discographies. Du Suprême NTM à IAM en passant par MC Solaar, ces acteurs majeurs du rap français vont donc se lancer dans le grand bain avec des premiers albums fondateurs. Les maxis de groupes comme Assassin, EJM & État de Choc et Ministère A.M.E.R. créeront également de nombreuses vocations avec des titres chocs. Et enfin, Dee Nasty et Lionel.D, les deux acolytes de Radio Nova, vont également se signaler dans les bacs, tout comme la rappeuse Saliha et le collectif Original M.C. qui va offrir à DJ Cut Killer ses premiers scratches.

Souvenirs ou précieuses découvertes, voici une liste de 10 titres résumant un rap français qui n’en était encore qu’à ses débuts. Une autre époque qui replongera certains dans une nostalgie manifeste quand d’autres, à l’évidence un peu plus jeune, s’imprégneront de quelques noms essentiels de cette culture !

Dee Nasty – « Pousse les bass »

Pionnier parmi les pionniers, Dee Nasty fut le premier rappeur à sortir un album hip-hop en 1984. Connu également pour sa fameuse émission Deenastyle sur Radio Nova, le rappeur/DJ a aussi contribué à faire grandir ce mouvement sur les ondes en France. Extrait du second album éponyme de Dee Nasty paru sur Polydor, « Pousse les bass » est une sorte de version française de l’expression populaire Turn up the bass qui est bien évidemment utilisée sur ce titre. Un morceau réalisé avec l’aide du saxophoniste Yazuaki Shimizu qui rend tout simplement hommage au rap, à son rap.

Assassin – « Je glisse »

Première sortie d’Assassin, le maxi Note mon nom sur ta liste! nous présente déjà un groupe bien ancré dans sa ligne directrice sans concessions. Hardcore et conscient, les deux rappeurs Rockin’ Squat et Solo dépeignent sur « Je glisse » une réalité abrupte incarnée à jamais par cette punchline : « La justice nique sa mère, le dernier juge que j’ai vu avait plus de vices que le dealer de ma rue ». Produit par Doctor L, avec des scratches de DJ Clyde, ce titre souligne une nouvelle fois les multiples influences du crew parisien.

Lionel D – « Ne me juge pas »

Présent sur le maxi Il y a des gens, ce titre de Lionel D est certainement l’un de ses meilleurs. Produit par Dee Nasty, son compère sur Radio Nova, ce morceau est la définition même du style de ce rappeur. Tout en subtilité, aussi bien dans sa voix que dans ses textes. Décédé le 26 février 2020 dans un anonymat extrêmement gênant, Lionel.D a aidé à installer la culture hip-hop en France sans jamais vraiment avoir la  reconnaissance qu’il méritait réellement…

IAM – « Non soumis à l’état »

Ce premier album …de la planète Mars du groupe IAM est la suite logique de leur mixtape Concept sortie l’année précédente. Le morceau « Non soumis à l’état » est d’ailleurs une nouvelle version de leur titre « Soumis à l’état » présent sur cette tape, avec quelques changements dans les lyrics et un nouveau beat de Imhotep et DJ Kheops. On assiste à une énorme prestation de Shurik’N, conclue par Akhenaton en fin de morceau, ponctuée par ce constat toujours d’actualité : « Un jour, vous mangerez matin et soir du pain et des oignons / Eux ils auront des indigestions de pognon / Vous laisserez vos enfants dans une telle merde / Que ça m’étonnerait qu’ils fêtent le tricentenaire ».

EJM & État de Choc – « Renégat »

Figure emblématique du hip-hop en France à son commencement, EJM revendique comme influences principales des groupes comme Public Enemy et N.W.A. Le morceau « Renégat », extrait de l’EP État de choc sorti avec le crew du même nom, est certainement le titre qui définit le mieux ce rappeur au style vraiment singulier. Charismatique et sans complexe, il est à l’origine de nombreuses vocations dans le milieu comme le prouve le documentaire ‘EJM qui est-il’ qui lui rend hommage.

MC Solaar – « À temps partiel »

Première superstar du rap, MC Solaar permet à un public non spécialiste et très large de découvrir au tout début des années 1990 ce nouveau style. Son premier album Qui sème le vent récolte le tempo est un énorme succès aussi bien commercial que critique. Les singles « Bouge de là », « Victime de la mode », « Caroline » et « Qui sème le vent récolte le tempo » sont devenus rapidement culte, mais c’est un autre titre de ce projet que l’on a choisi de mettre en avant. L’excellent « À temps partiel », produit par Jimmy Jay, est un morceau aux influences jazzy qui fait finalement un joli pont entre les deux styles : « Si le rap excelle, le jazz en est l’étincelle ».

Original M.C. – « La rage de vivre »

Connu pour les premières apparitions sur disque d’un certain DJ Cut Killer aux platines, le projet Le 21ème siècle est l’unique album du collectif Original M.C. Un crew emmené par les deux rappeurs principaux A.D.A.M.S. M.C. et Bac M.C. qui nous font découvrir leur univers sur des productions funky et avec une vision déjà clairvoyante sur l’avenir du hip-hop dans l’industrie : « Définitif sera la musique qui viendra car dans cette nation là fallait des gars qui ait de l’espoir ».

Ministère A.M.E.R. – « Le droit chemin »

Collectif composé entre autres des trois rappeurs Stomy Bugsy, Passi et Moda, on ne retrouve que les deux premiers sur ce titre tiré de leur maxi Traîtres (Moda quittera ensuite le crew). Une performance résolument gangsta assurée donc par Stomy et Passi sur cette boucle mythique du titre « Apache » du groupe Incredible Bongo Band. Un morceau marqué également par le fameux slogan « le savoir est une arme, maintenant je sais » et un clin d’œil à Manu Dibango en introduction et toute fin de ce titre.

Suprême NTM – « Blanc et noir »

Sur ce morceau, le Suprême NTM met en avant leur couleur de peau pour aborder le thème du racisme, aussi bien côtés blancs que noirs. Extrait de leur premier album Authentik, ce titre est l’un des plus marquants de ce projet mené par les deux rappeurs Kool Shen et Joey Starr. Les punchlines s’enchaînent en rythme sur une production de l’indispensable DJ S avec comme principal message la « Différence ethnique, alliance de cultures / Voilà les raisons de notre progression, c’est sûr » ou encore « Les États-Unis ne sont pas toujours bons à copier / Multiraciale est notre société / Alors bougeons ensemble, et créons l’unité ».

Saliha – « Le M A Posse »

Certainement la première rappeuse française a avoir sorti un album, Saliha est aussi une membre active du collectif Mouvement Authentique. Fondé en 1988 par le fameux Roger Marlu, ce crew s’est réuni sur ce titre efficace « Le M A Posse » avec la rappeuse Destinée, les Little MC (DJ Sek, Sulee B Wax et Ronald L) ainsi que le groupe New Generation MC. Un morceau extrait donc de l’album Unique de Saliha qu’on a pu découvrir au micro un an plus tôt avec son célèbre « Enfants du ghetto » présent sur la légendaire compilation Rapattitude!.





Source link

What do you think?

Written by admin

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

10 albums Rap US qui fêtent leurs 10 ans en 2021

Rome Streetz – Noise Kandy 3: The Overdose